You are on page 1of 11

Les Films étrangers tournes au Maroc

LA PERIODE DU PROTECTORAT DE 1897 A 1929


1897 1907 1919 1922 1924 1926 1927 1928 1929

1897
Titre : Le chevrier marocain
Réal. : Louis LUMIERE

1907
Titre : Reportage des événements de Casablanca
Réal. : Félix MESGUICH

1919
Titre : Mektoub (C'était écrit)
Langue : français
Réal. : J. PINCHON et Daniel QUINTIN
Interp. : Mary HARALD BOGAERTS
Lieu de tournage : Casablanca, Tanger, Marrakech

1922
Titre : Le sang d'Allah
Langue : français
Réal. : LUITZ-MORAT
Sc. : LUITZ-MORAT et Alfred VERCOURT
Op. : Jules KRUGER
Interp. : Henri ROLLAN, Florica ALEXANDRESCO, Gaston MODOT, Marthe VINOT,
Baron de SAINT-GEORGES, Myrha, VONELLY
Lieu de tournage : Marrakech, Haut- Atlas, cités du littoral Atlantique marocain

Titre : Inch Allah


Langue : français
Réal. : Franz TOUSSAINT
Sc. : Franz TOUSSAINT
Op. : Louis CHAIX et Henri GONDOIS
Interp. : Stacia NAPIERKOWSKA, Fabienne FREA, J. de TREVIERES, Jean
SALVAT, Brahim EL HADJEB, A. VOLBERT, DARTAGNE, Messaouda BENT YELLA,
Yvonne SIMON, Zohra BENT YELBA, Lahdi EL MOKHTAR
Lieu de tournage : Sud marocain

Titre : Les hommes nouveaux


Langue : français
Réal. : Donatien et Edouard-Emile VIOLET (d'après le roman de Claude
FARRERE)
Op. : André A. ANTAN
Interp. : Georges MELCHIOR, Marthe FERRARE, Donatien, Lucienne LEGRAND,
M. GARGOUR
Lieu de tournage : Marrakech, Casablanca, Rabat, Fès
Titre : Antar
Langue : français
Réal. : Jean LEUNE
Interp. : André FERAMUS, Lucette CARON (figuration entièrement marocaine)
Lieu de tournage : Sud marocain

1924
Titre : Les fils du soleil
Langue : français
Réal. : René LE SOMPTIER
Assist. : Georges BERNIER
Sc. : Pierre MERCOURT
Op. : Paul LAFFONT et DONOT
Interp. : Joë HAMMAM, Georges CHARLIA, Marquisette BOSKY, Marcel VIBERT,
Mario NASTHASIO, G. BERNIER, Charles LECLERC, Tahar, Melle SIOUMANDAN
Lieu de tournage : Atlas, Rabat, Meknès, Fès

1926
Titre : Feu !
Langue : français
Réal. : Jacques de BARONCELLI
Op. : Louis CHAIX et BERLIET
Décor : Robert GYS
Interp. : Dolly DAVIS, Max MAXUDIAN, Charles VANEL, Pierre LABRY, Henri
RUDAUX, Pierre BRASSEUR
Lieu de tournage : Maroc et Tanger

1927
Titre : Wenn die Schwalben heimwärts ziehen ( Quand les hirondelles reviennent
chez elles)
Langue : allemand
Réal. : James BAUER
Op. : Franz KOCH
Interp. : Gustav FROHLICH, Joo von HULSEN, Rio NOBILE
Lieu de tournage : Maroc

Titre : La Comtesse Marie


Langue : franco-espagnol
Réal.: Benito PEJORO ( d'après Luca de TENA)
Op. : Maurice DESFASSIAUX , FOUQUET, EWYNGER
Décor : Lazare MEERSON
Interp. : Sandra MILOVANOFF, Andrée STANDARD, Valentino PARERA, José
NIETO, Rosario PINOX
Lieu de tournage : Maroc

1928
Titre : L'âme du bled
Langue : français
Réal. et sc. : Jacques SEVERAC
Op.: Jimmy BERLIET
Interp. : Pierre GEAY, Abslem BEN EL KEBIR, Jacques SEVERAC
Lieu de tournage : Maroc
Titre : Dans l'ombre du harem
Langue : français
Réal. : Léon MATHOT et André LIABEL (d'après un drame de Lucien BESNARD)
Décor : Jaquelux
Op. : Willy et Riccioni
Interp. : Louise LAGRANGE, Léon MATHOT, René MAUPRE, Thérèse KOLB, Jackie
MONNIER, Volbert, Robert MERIN
Lieu de tournage : Fès, Meknès, oasis de Laghouat

Titre : L'occident
Langue : français
Réal. : Henri FESCOURT
Adapt. : Henry KISTEMAEKERS (d'après sa pièce)
Op. : REYBAZ et LAFFONT
Décor : Robert GYS
Interp. : Claudia VICTRIX, Jaque CATELAIN, Lucien DALSACE, Hugues de
BRAGATIDE, Jeanne MEA, Renée VELLER (Mme Stève PASSEUR), Andrée
ROLANE, Paul GUIDE, Pierre LABRY, Raphaël LIEVIN, Raymond GUERIN,
ALLIBERT
Lieu de tournage : Mogador, Marrakech

1929
Titre : Die flucht in die legion (Le légionnaire 67.82)
Langue : allemand
Réal. : Louis RALPH
Interp. : Hans STUWE, Louis RALPH, Eva von BERNE, Eugène BURG, Harry
HARDT
Lieu de tournage : Maroc

Titre : Les sables mouvants


Langue : français
Réal. : Jack MILLS
Op. : Maurice GUILLEMIN
Interp. : Charley SOV, André HEUZE, Agnès MARVAL, Raymond DUBREUIL,
Tahar HANNACHE
Lieu de tournage : Maroc et Alger

LA PERIODE DU PROTECTORAT DE 1940 A 1949

1940 1946 1947 1948 1949

1940
Titre : Le chemin de l'honneur
Langue : français
Réal. : Jean-Paul PAULIN
Sc. : Jeanne RENTES
Interp.: Henri GARAT, Renée SAINT-CYR, Pierre BRASSEUR, Roland TOUTAIN,
André LEFAUR, Marcelle GENIAT, Lucas GRIDOUX
Lieu de tournage : Maroc
1946
Titre : Le derniére chevauchée
Langue : français
Réal. : Léon MATHOT
Sc. : tiré de la pièce " La rançon "
Adapt. : Léopold GOMEZ et L. MATHOT
Op. : Robert JUILLARD, assisté de Roger ARRIGNON
Mus. : José PADILLA
Déc. : Raymond NEGRE
Interp. : Mireille BALIN, Jacques DUMESNIL, Paulette DUBOST, Philippe
HERSENT, Jean LANLER, Jenny LEDUC, Pierre CRESSOY
Lieu de tournage : Meknès, Fès, Marrakech

Titre : Yasmina
Langue : marocain (sous-titré français)
Réal. : Jean LORDIER
Interp. : Gina MANES, Jamal BADRY, Amal FAOUZI, Leïla FARIDA
Lieu de tournage : Maroc

Titre : Ibn El Kadar (Le fils du destin)


Langue : marocain
Réal.: Marc MAILLARAKY
Sc. : GODQUIN
Op. : Marc BUJARD et Tahar HANNACHE
Mus. : Bachir FEHMI, exécutée par un orchestre casablancais sous la direction de
Saïd MONCEF
Interp. : Nacira CHAFIK, Habib REDA, Tawfik FILALI
Lieu de tournage : Casablanca

Titre : El majnoun (Le possédé) (en 2 versions)


Langue : marocain
Réal. : Jean BASTIA
Interp. : Leïla FARIDA
Lieu de tournage : Maroc

1947
Titre : Cheddad le justicier
Langue: marocain (en versions arabe et française)
Réal.: Charles BOULET
Op. : Marc BUJARD, assisté de Robert ALLIEL
Mus. : José VIACAVA, aidé par ZNIBER pour la version arabe
Interp. : Réda CAIRE, Djelloul, Brahim, Jenny DARNELL, Lionel, Ben Raïs, Anton
Lieu de tournage : Goulmima, Source bleue de Mesky

Titre : Kenzi (Mon trésor)


Langue : marocain
Réal. : Vicky IVERNEL
Conseiller artist. : Simone BERRIAU
Sc. : Yves MIRANDE et MAHIEDDINE, d'après la pièce " Un trou dans le mur "
d'Yves MIRANDE
Op. : WILLY
Interp.: Nacira CHAFIK, Habib REDA, Maurice BAQUET, MAHIEDDINE,
Mohammed TOURI
Lieu de tournage : Marrakech

Titre : Maarouf, savetier du Caire


Langue : marocain
Réal. et sc. : Jean MAURAN, d'après " Les contes des mille et une nuits "
Assist. : Robert RIPS
Op. : Marc BUJARD
Interp. : Mohammed TOURI, Leïla WEHBY, Tawfik FILALI
Lieu de tournage : Fès

Titre : Minuit, rue de l'horloge


Langue : marocain (en 2 versions)
Réal. : Jean LORDIER, d'après le roman de Jean-François LAMARCHE
Assist. : Robert RIPS
Op. : Jean ISNARD, assisté de Oleg TOURJANSKY
Mus. : Mohammed EL KAMAL , Jamal BADRY, Gina MANES, Simone SYLVESTRE,
Leïla FARIDA
Lieu de tournage : Casablanca, Rabat, Fès (Film inachevé)

Titre : Ras El Gua (Le fort de la solitude)


Langue : français
Réal.: Robert VERNAY
Sc. et dial. : Bernard ZIMMER, d'après " Ras El Gua ", roman de René GUILLOT
Op. : Maurice BARRY
Déc. : RENOUX et GABUTT
Mus. : Habib IGUERBOUCHEM
Interp. : Alexandre RIGNAULT, Paul BERNARD, Claudine DUPUIS, Jean-Jacques
DELBO, Lucien NAT, Michel MARSAY, Georges HUBERT, Henri COUTET
Lieu de tournage : Maroc

Titre : La route inconnue


Langue : français
Réal. : Léon POIRIER, assisté de J. GRASSI et GARAND
Sc.: L. POIRIER, d'après la vie de Charles de FOUCAULD
Conseiller culturel : Tawfik FILALI
Op. : Noël RAMETTRE, assisté de Roger FELLOUS et Gabriel GILLET
Mus. : Jean-Jacques GRUNENWALD
Interp. : Robert DARENE, Lucas GRIDOUX, Léonce BEN SOUHIRA, Marie-José
DARENE, Zemane GUELA, Abel JACQUIN, Lisette LANVIN, Tawfik FILALI
Lieu de tournage : Rabat, Cap Juby

Titre : Bethsabée
Langue : français
Réal. : Léonide MOGUY, assisté de Bernard BORDERIE et de Larbi TOUNSI
Sc. : tiré du roman de Pierre BENOIT par Jacques REMY
Dial. : Roger VITRAC
Op. : Nicolas HAYER
Mus. : Joseph KOSMA
Déc. : René RENOUX et Henri MENESSIER
Interp. : Danielle DARRIEUX, Andrée CLEMENT, Georges MARCHAL, Jean
MURAT, Paul MEURISSE, Robert DARENE, Pierre LOUIS, Nicolas VOGEL, Larbi
TOUNSI, Olivier DARRIEUX
Lieu de tournage : Maroc

Titre : Sérénade à Meryem


Langue : marocain
Réal.: Norbert GERNOLLE
Op. : Jean LORDIER
Mus.et chansons : Ali RIAHI
Interp.: Amal FAOUZI, Jamal BADRY, MAHIEDDINE, Mohammed JAMOUSSI n
Lieu de tournage : Fès

Titre : La septième porte


Langue : français
Réal. : André ZWOBADA
Sc. : Jean AURENCHE et Pierre BOST
Op. : Marcel GRIGNONMus. : Georges AURIC
Interp. : Georges MARCHAL, Maria CASARES, Aimé CLARIOND, Jean SERVAIS,
Liane DAYDE, Catherine HARLEY, Jean NOSSEROT, Jean PERRIER (version
française) ; Gabsi, Kaltoum (version arabe) Présenté au Festival de Bruxelles
1947
Lieu de tournage : Tafilalet

1948
Titre : Noces de sable
Langue : franco-marocain
Réal. : André ZWOBODA
Sc. : A. ZWOBADA, texte écrit et dit par Jean COCTEAU
Op. : André BAC
Mus. : Georges AURIC
Conseiller ethnographique : Jean BESANCENOT
Interp. : Denise CARDI, Itto BENT LAHCEN, Larbi TOUNSI, Himoud BRAHIMI
Lieu de tournage : Sud marocain (Tata)

Titre : Manon
Langue : français
Réal. : Henri-Georges CLOUZOT
Adapt. et dialogue : CLOUZOT et Jean FERRY, d'après " Manon Lescaut " de
l'abbé Prevost
Op. : Armand THIRARD, assisté De Louis NEE
Mus. : Paul MISRAKI
Déc. : Max DOU
Interp. : Serge REGGIANI, Cécile AUBRY, Michel AUCLAIR, Gabrielle DORZIAT,
Raymond SOUPLEX, ANDREX, André VALMY, Henri VILBERT, Dora DOLL, Hélèna
MANSON, ARDISSON, Simons VALERE, Wanda OTTONI, Michel BOUQUET,
Robert DALBAN, TEMERSON, Jean HEBEY, les acteurs yiddish du Théâtre Lancry
Lieu de tournage : Ksar Es Souk, Erfoud

1949
Titre : Mission à Tanger
Langue : français
Réal. : André HUNEBELLE, assisté d'Yves CIAMPI
Sc., adapt et dial. : Michel AUDIARD
Op. : Marcel GRIGNONMus. : Jean MARION
Déc. : Lucien CARRE
Interp. : Raymond ROULEAU, Gaby SILVIA, Mila PARELY, Bernard LAJARRIGE,
Henri NASSIET, André VALMY, Pierre DESTAILLES
Lieu de tournage : Tanger

Titre : La danseuse de Marrakech


Langue : français
Réal. : Léon MATHOT
Sc. , adapt. et dial. : Léopold GOMEZ
Op. : Charlie BAUER
Mus. : José PADILLA
Déc. : Claude BOUXIN
Cost. : de Siren ADJEMOVA dessinés par Christian BERARD et KARINSKA,
réalisés par Rosine PARIS
Interp. : Siren ADJEMOVA, Aimé CLARIOND, Yves VINCENT, Katia LOVA, Habib
BENGLIA, ARMONTEL, Gina MANES, Philippe HERSENT, Raymond FRANKY, Jean-
Pierre LOMBARD, plusieurs interprètes marocains dont le jeune Lahcen BEN
IDDER SOUISSI
Lieu de tournage : Marrakech, Casabanca

Titre : Au grand balcon


Langue : français
Réal. : Henri DECOIN
Assist. : Bernard BORDERIE
Sc. et dial. : Joseph KESSEL
Op. : Nicolas HAYER, assisté de Noël MARTIN
Mus. : Joseph KOSMA
Déc. : René RENOUX
Interp. : Pierre FRESNAY, Georges MARCHAL, Félix OUDART, Robert ARNOUX,
André BERVIL, Abel JACQUIN, Paul AZAIS, Jacques TARRIDE, Janine CRISPIN,
Jean-Pierre MOCKY, Suzanne DEHELLY, Pierre CRESSOY, Emile GENEVOIS
Lieu de tournage : Maroc

Titre : La dernière charge (Outpost in Morocco)


Langue : franco-américain (baptisé également en France : serment solennel)
Réal. : Philip ROSSEN et Robert FLOREY
Sc. : Joseph N. ERMOLIEFF
Adapt. : Charles GRAYSON et Paul de SAINTE-COLOMBE
Op. : Lucien ANDRIOT et Oleg TOURJANSKY
Mus. : Michel MICHELET
Déc. : Robert PRIESPLEY
Interp. : George RAFT, Marie WINDSOR, Akim TAMIROFF, John LITEL, Edouard
FRANZ, Crane WHITLEY
Lieu de tournage : Tinerhir

Titre : Othello (présenté au Festival de Cannes sous les couleurs marocaines)


Pays: Etats-Unis
Réal. : Orson WELLES, d'après SHAKESPEARE
Op. : Anchise BRIZI, Aldo Georges FANTO, Troiani FUSI
Déc. : Alexandre TRAUNER, assisté de CAPELLIER et James ALLEN
Cost. : Maria de MATEISMus. : Francesco LAVAGNINO, Alberto BARBERIS
Interp. : Orson WELLES, Suzanne CLOUTIER, Michael MAC LIAMMOIR, Robert
COOTE, Hilton EDWARDS, Fay COMPTON, Nicholas BRUCE, Doris DOWLING, G.
SPELVIN, Michael LAURENCE, Jean DAVY
Lieu de tournage : Mogador, Mazagan et Venise (Italie)

Titre : Le paradis des pilotes perdus


Langue : français
Réal. : Georges LAMPIN
Sc. : Georges GARDE
Adapt. et dial. : Pierre VERY et André HAGUET
Op. : Armand THIRARD, assisté de Louis NEE
Déc. : Jean d'EAUBONNE
Mus. : Joseph KOSMA
Interp. : Andrée DEBAR, Arlette THOMAS, Henri VIDAL, Daniel GELIN, Paul
BERNARD, Michel AUCLAIR, Ronert DALBAN, Jean DAURAND, René BLANCARD,
BALPETRE, Jean-Pierre MOCKY, Momar BAYE, Claude VERGNIER
Lieu de tournage : Maroc

Titre : La rose noire (The black rose)


Langue : américain
Réal. : Henry HATHAWAY
Sc. : Talbot JENNINGS, d'après un roman de Thomas B. COSTAIN
Op. : Jack CARDIFF (Technicolor)
Mus. : Richard ADDINSEL
Interp. : Tyrone POWER, Orson WELLES, Cécile AUBRY, Jack HAWKINS, Michael
RENNIE, Finley CURRIE, Itto BENT LAHCEN
Lieu de tournage : Maroc

Moulay Driss Jaïdi, Le cinéma colonial: histoire du cinéma au


Maroc, 2001, 254 p.

Texte inédit-Senac et les


plongeurs du désert
Un conte habile mis à l’écart
Selon le poète, le film, « première expression cinématographique
spécifiquement algérienne » a été boycotté par les autorités
coloniales.
Belle initiative d’Arts & Lettres que d’évoquer par deux fois le premier film
algérien, Les Plongeurs du désert, de Tahar Hanache. Dans un itinéraire
comparé avec Félix Mesguich, Abderrezak Hellal avait donné de
précieuses indications bio-filmiques sur le réalisateur (El Watan, 25 mai
2006) tandis qu’Abdenour Zahzah le cite succinctement en nous
promettant d’y revenir (El Watan, 27 sept. 2007). Si c’est la première fois
que la presse algérienne évoque ce pionnier - totalement ignoré ou
occulté depuis 1962 dans tous les ouvrages, études d’ensemble et articles
sur le cinéma algérien - son nom n’était point ignoré avant
l’indépendance. Dans le premier traité sur le 7e art au Maghreb,
« Cameras sous le soleil, le cinéma en Afrique du Nord » (Alger, à compte
d’auteur, 1956), Maurice-Robert Bataille et Claude Veillot apprécient
honnêtement celui qui « mit en chantier, seul et sans moyens, un court
métrage très curieux sur Les Plongeurs du Désert, corporation quasiment
inconnue des puisatiers du Sud capables de descendre à des profondeurs
insoupçonnées, de demeurer sous l’eau pendant des périodes incroyables,
risquant sans cesse leur vie dans un métier harassant, meurtrier et
parfaitement anachronique à nos yeux d’Occidentaux. » Mais c’est à Jean
Sénac que nous devons le plus d’informations sur le film de Hanache.
Dans son essai Le Soleil sous les armes, Eléments d’une poésie de la
résistance algérienne (Rodez, Subervie, 1957), il souligne à propos de la
censure de la littérature et de l’art en Algérie : « Sait-on que le film Les
plongeurs du désert, de Tahar Hannache, fut boycotté par le
Gouvernement général (de l’Algérie) sous prétexte qu’il était entièrement
financé, réalisé et joué par des ‘‘autochtones’’. » Après une des rares
projections de l’œuvre en question, en 1953 à la Casbah où on peut le
reconnaître à droite de son ami l’artiste peintre Sauveur Galliéro, Sénac
rédige un article enthousiaste resté inédit à ce jour. Cet écrit donne à lire
combien le poète, lequel a entretenu des rapports féconds avec le
cinéma, a su ’’voir’’ un film très maîtrisé dont il dénonce le schéma
sociopolitique de sa censure, témoignant déjà de l’engagement de
l’auteur pour un front culturel authentiquement algérien.
Les plongeurs du désert, de Tahar Hannache
Il est assez significatif que Les plongeurs du désert n’ait pas reçu des
pouvoirs publics l’accueil qu’il était en droit d’espérer. Ce court-métrage,
librement réalisé par Tahar Hannache, avec des moyens de fortune,
apparaît dès à présent comme le meilleur documentaire produit en Algérie
et la première expression cinématographique spécifiquement algérienne :
producteur, scénariste, metteur en scène, interprètes, compositeur et
assistants sont tous des autochtones. Cette bande relate l’exploit difficile
des anciens puisatiers du Sud appelés à désembourber les puits au péril
de leur vie, puis l’installation des pompes mécaniques chargées du même
travail. Sur cet argument très banal, Tahar Hannache a construit une
manière de conte très habilement exprimé en images. Les séquences sont
en majorité excellentes, les prises de vue, le montage révèlent un parfait
technicien. Le parti, à la fois sobre et divers qu’il a tiré du sable, de l’eau,
des muscles, des machines, nous arrache aux habituels poncifs des
documentaires sur le désert. Comme les Noces de sable de Swobada (*)
auquel il se rattache, avec néanmoins une charge plus efficace
d’authenticité, Les Plongeurs du désert est un poème à la gloire de
l’Afrique du Nord, peuplée de mythes, de souffrances et d’espoirs
terrassés. Il y a tout au long de ce court-métrage un rythme et un sens du
geste presque rituels. Le mouvement, remarquablement organisé, en
particulier dans la danse de Leïla, dans l’arrivée et la descente du
plongeur, dans le passage des chèvres devant la falaise, contribue à
établir tout au long de ce film une sorte de grâce qui touche au sacré.
Himoud Brahimi, le plongeur, accentue nettement cette tendance. Son
jeu, puissant et recueilli, possède une science instructive et consommée
du mime. Le cinéma et le théâtre algérien possèdent désormais avec lui
un interprète de classe. Très agréable, la musique d’Iguerbouchen,
inspirée du folklore nord-africain, pêcherait par un excès d’influences
occidentales. Par sa tenue, sa qualité, sa signification, Les plongeurs du
désert est non seulement un bon documentaire, c’est aussi une preuve et
un message, signe avant-coureur d’un cinéma en puissance. Nous
comprenons dès lors, quels intérêts commandent qu’une œuvre de telle
qualité soit écartée des manifestations où la propagande administrative
présente ses pointures. Jean Sénac (Alger, 1953)
(*) Dans le document ci-dessus de Sénac, il s’agit du Français
André Zwobada, réalisateur au Maroc de Noces de sable (1949),
avec Himoud Brahimi parmi les acteurs principaux (note de H.
Nacer-Khodja)

Par Hamid Nacer-Khodja