You are on page 1of 2

Architecture des institutions et répartition des compétences

1) La répartition des compétences en trois « piliers » : traité de Maastricht (1992)

Union européenne
Premier pilier Deuxième pilier Troisième pilier
Communautés européennes (CE) Politique étrangère et de sécurité commune Coopération policière et judiciaire en matière
(PESC) pénale (CPJP)
Anciennement : Justice et Affaires Intérieures (JAI)

Méthode communautaire Méthode intergouvernementale Méthode intergouvernementale


• Union douanière et Marché unique Politique étrangère: • Trafic de drogue et d'armes
• Politique agricole commune • Terrorisme
• Politique commune de la pêche • Force européenne de réaction rapide • Trafic d'êtres humains
• Protection de la concurrence • Force de gendarmerie européenne • Crime organisé
• Union économique et monétaire • Missions de Petersberg • Corruption
• Citoyenneté de l'Union • Droits de l'homme • Eurojust
• Éducation et Culture • Démocratie
• Transports • Aide humanitaire (ECHO)
• Protection des consommateurs
• Santé Politique de sécurité:
• Recherche
• Protection de l'environnement • Politique européenne de sécurité et de
• Politique sociale défense (PESD)
• Espace de liberté, de sécurité et de
justice :
o Politique commune
d'immigration
o Convention de Schengen
o Accueil des réfugiés

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Piliers_de_l'Union_européenne

On recommande la consultation de cette page, notamment le graphique présentant l’historique des institutions européennes.
2) La fusion des piliers : Traité de Lisbonne (2007)

Compétence exclusive
Seule l'Union peut légiférer et adopter des actes juridiquement contraignants
Les États membres ne peuvent le faire par eux-mêmes que s'ils sont habilités par l'Union, ou pour mettre en œuvre les actes de l'Union.
• l'union douanière ;
• l'établissement des règles de concurrence nécessaires au fonctionnement du marché intérieur ;
• la politique monétaire pour les États membres dont la monnaie est l'euro ;
• la conservation des ressources biologiques de la mer dans le cadre de la politique commune de la pêche ;
• la politique commerciale commune.

Compétence partagée
L'Union et les États membres peuvent légiférer et adopter des actes juridiquement contraignants dans ces domaines.
Les États membres exercent leur compétence dans la mesure où l'Union n'a pas exercé la sienne.
Les États membres exercent à nouveau leur compétence dans la mesure où l'Union a décidé de cesser d'exercer la sienne.
• le marché intérieur ;
• la politique sociale, pour les aspects définis dans le présent traité ;
• la cohésion économique, sociale et territoriale ;
• l'agriculture et la pêche, à l'exclusion de la conservation des ressources biologiques de la mer ;
• l'environnement ;
• la protection des consommateurs ;
• les transports ;
• les réseaux transeuropéens ;
• l'énergie ;
• l'espace de liberté, de sécurité et de justice ;
• les enjeux communs de sécurité en matière de santé publique, pour les aspects définis dans le présent traité.

Compétence de coordination
L'Union dispose d'une compétence pour mener des actions pour appuyer, coordonner ou compléter l'action des États membres.
• la protection et l'amélioration de la santé humaine ;
• l'industrie ;
• la culture ;
• le tourisme ;
• l'éducation,
• la formation professionnelle,
• la jeunesse et le sport ;
• la protection civile ;
• la coopération administrative