You are on page 1of 3

L’architecture financière internationale

Filets de sécurité financière globaux


I) Enjeux
Convertibilité et ouverture financière
Monnaie non convertible :
Monnaie convertible :
- Convertibilité du compte courant
- Convertibilité du compte financier :
Aujourd’hui :
Mesure de la mobilité du capital sur longue période : la somme des valeurs absolues des
soldes courants donne une mesure de l’intégration financière
La période de Bretton Woods est une période de faible mobilité du capital
Indice d’ouverture financière : cette mobilité du capital a fortement augmenté dans les pays
avancés, beaucoup moins dans les pays émergents.
Le trilemme de Mundell : seuls deux objectifs sont compatibles.
Le régime de Bretton Woods :
Il faut éviter les politiques de change non coopératives. Dollar convertible en or contrairement
aux autres monnaies. Fin du système en 1971. Tous les pays vont se diriger vers la liberté de
mouvement des capitaux, les pays européens privilégiant un taux de change fixe à travers le
Serpent européen dès 1972., tandis que d’autres vont se diriger vers un taux flottant déterminé
par les marchés.
Flux de capitaux et pays émergents
Interventions possibles sur des marchés flottants : situation de stress, valeurs de marché trop
extrêmes.
Calvo et Rheinart, 2002 : peur du flottement.
Pourquoi ces réticences ?
Fonctionnement idéalisé :
- Flux de capitaux :
o A long terme : financement de l’investissement et du développement. Les pays
en développement ont une épargne faible mais des possibilités
d’investissement à fort rendement, à l’inverse des pays développés. L’épargne
des seconds peut alors s’investir dans les premiers.
o A court terme :
- Taux de change :
o Compensation des écarts d’inflation
o Absorption
Soldes des paiements courants : La crise de 2008 a fait fondre les déficits courants,
notamment ceux des Etats-Unis.
La Chine a un taux d’investissement de 45%, du jamais vu, mais disposait également de
beaucoup d’épargne.
Volatilité des flux de capitaux importante :
« Sudden stops » (Calvo, 1998) : retournement abrupts des flux de capitaux, comme en
Espagne en 2009. Il y avait un déficit courant de 10% avec l’investissement dans l’immobilier
avant que les investisseurs n’aient plus confiance et que la bulle éclate, entraînant une crise
sectorielle.
Impact des sudden stops :
Pourquoi ces crises ?
- Facteurs internes aux économies attaquées (pull) :
o Incohérence de la politique de change (inflation + changes fixes) : crises de
change
- Facteurs globaux :
o Changement de l’aversion pour le risque
o Changement dans la liquidité globale
Helen Ray : dilemme entre ouverture et fermeture
L’impact du cycle US
Coûts et bénéfices de l’ouverture financière :
Approche naïve des années 1990s :
- Effets d’allocation positifs (arbitrage intemporel)
- Effets de satbilisation positifs (absorption des chocs par capacité d’emprunt)
- 1997 : Tentative d’étendre la responsabilité du FMI au compte financier
Réévaluation des années 2000s
Discontinuité dans la crise de change : manque de réserves, qui sont utilisées pour maintenir
son régime de change. Krugman, 1979 : pourquoi la crise intervient avant l’épuisement des
réserves ?

II) Crises financières


Les transformations du FMI :
Pourquoi une institution commune ?
Surveillance :
- Cohérence des politiques nationales [problème du (n-1) pour les taux de change et les
balances de paiement] : surveillance bilatérale
Assistance :
- Prêteur en dernier ressort pour les Etats (système hiérarchique)
o Liquidité
o Liquidité conditionnelle
- Organisateur des restructurations de dette en cas d’insolvabilité. Le FMI ne prête pas
aux pays insolvables, des réformes garantissant la solvabilité devant être mises en
place en contrepartie.
Pilotage :
- Coordination internationale pour l’équilibre macroéconomique d’ensemble
(surveillance multilatérale)
- Adéquation de la liquidité globale
Personne ne veut signaler au marché qu’il entend utiliser les lignes de crédit ouvertes par le
FMI.
Echecs majeurs de diagnostic :
- Crise de 2008 : n’a pas anticipé les risques de contagion de l’ensemble du système
financier.
- Crise de la zone euro :
Débat sur les régimes de change en Lettonie : en 2008, après un boom de crédit, phénomène
de retrait assez classique. Régime de change fixe maintenu alors que le FMI recommandait
une dévaluation monétaire pour faire face.