You are on page 1of 36

école nationale supérieure d’architecture de Grenoble

DE L'ENVIRONNEMENT
,
AU DEVELOPPEMENT
DURABLE

,
//////////////// SEMINAIRE
/////// JEUDI 10 NOVEMBRE
///////////////////// 2005

,
ACTES DU SEMINAIRE
école nationale supérieure d’architecture de Grenoble

DE L'ENVIRONNEMENT
,
AU DEVELOPPEMENT
DURABLE

,
ACTES DU SEMINAIRE

,
////////////////SEMINAIRE
/////// JEUDI 10 NOVEMBRE
///////////////////// 2005
PAGE 4///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

SOMMAIRE////////////
PAGE 06 OBJECTIFS
PROGRAMME
PAGE 07 INTRODUCTION
PAGE 1 1 ATELIER I
corps - milieu - enveloppe
PAGE 1 8 SYNTHÈSE DES DÉBATS ATELIER I
PAGE 2 1 ATELIER II
concertation - coproduction
PAGE 23 SYNTHÈSE DES DÉBATS ATELIER II
PAGE 25 ATELIER III
milieu - paysage - territoire
PAGE 3 1 SYNTHÈSE DES DÉBATS ATELIER III
PAGE 33 CLÔTURE
PAGE 35 LISTE DES PARTICIPANTS

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 5
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

OBJECTIFS//////PROGRAMME///////INFO/////
Les objectifs du séminaire :  DATE//////////////////////////////////////////////////
le jeudi 10 novembre 2005
 engager une réflexion pour préciser ce que peut
signifier la prise en compte des notions de dévelop-  DUREE////////////////////////////////////////////////
pement durable, ou plus généralement de « soute- 1 journée / 3 ateliers
nabilité », appliquées à l’architecture, à l’urbain ou
 HORAIRES/////////////////////////////////////////////
au territoire ;
09:00  09:30 accueil / café
09:30 •10:00 introduction : Vincent Michel,
 articuler les critères pris en compte pour distinguer DIRECTEUR ENSA GRENOBLE
ce que pourrait être une « architecture durable », en Sophie Paviol,
complément d’une approche qui se restreindrait aux ENSEIGNANTE ENSA GRENOBLE
seuls critères environnementaux ou énergétiques ; 10:00 •12:00 ATELIER I
corps - milieu - enveloppe
invité : Jean-Pierre Campredon
 réfléchir collectivement à l’école d’architecture de
12:00 •13:30 buffet
Grenoble (avec les écoles de Lyon et St.-Etienne) aux 13:30 •15:30 ATELIER II
terrains d’application du développement durable concertation - coproduction
au sein des enseignements ; invité : Pierre Mahey
15:30 •17:30 ATELIER III
 établir un partenariat avec les collectivités par la milieu - paysage - territoire
capacité d’une école à pouvoir jouer un rôle critique invité : Yann Nussaume
et prospectif dans le débat public. 17:30 clôture : Françoise Very,
PRÉSIDENTE DU CONSEIL
D’ADMINISTRATION DE L’ENSA GRENOBLE

 LIEU///////////////////////////////////////////////////
à l’école nationale supérieure d’architecture de Grenoble
(ENSA Grenoble)
60 avenue de Constantine, Grenoble
amphithéâtre Roland Simounet

 PUBLIC////////////////////////////////////////////////
enseignants et étudiants des 3 écoles d’architecture
Rhône-Alpes (Grenoble, Lyon et Saint-Étienne) ; élus
et techniciens de la ville de Grenoble ; partenaires de la
Biennale de l’habitat durable
inscription gratuite obligatoire (cf. coupon réponse)

 COORDINATION////////////////////////////////////////
groupe de travail enseignants ENSA Grenoble :
Jean-Marc Huygen, Sophie Paviol, Vincent Rigassi,
Marcel Ruchon
coordination administrative : Isabelle Benhis
//////////////////////////////////////////////////////////
Séminaire organisé dans le cadre de la préfiguration de
la « Biennale de l’habitat durable » de la Ville de Greno-
ble (printemps 2006) et financé dans le cadre du contrat
de plan État-Région, volet mise en réseau des écoles
d’architecture Rhône-Alpes.

PAGE 6///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

Vincent Michel, DIRECTEUR ENSA GRENOBLE

INTRODUCTION////////////////////////////////////
C’est avec beaucoup de plaisir et de volontarisme que je par- la Direction de la Culture, du Sport et de la Solidarité à la
ticipe aujourd’hui à l’ouverture de ce séminaire « de l’Envi- Région Rhône-Alpes s’excuse quant à elle de ne pouvoir
ronnement au développement durable ». participer à nos travaux mais apporte à cette action tout
son concours.
Nous l’avons initié grâce à la mobilisation de toute une équipe Enfin Pierre KERMEN, adjoint à l’urbanisme et à l’environ-
d’enseignants - chercheurs de l’école nationale supérieure nement à la Ville de Grenoble nous rejoindra avec Françoise
d’architecture de Grenoble : Sophie PAVIOL qui présentera VERY, Présidente du conseil d’administration de l’ENSA Gre-
dans le détail la problématique de ce séminaire et le contenu noble pour clôturer ce séminaire.
des différents ateliers thématiques, Vincent RIGASSI, Jean
Marc HUYGEN, Marcel RUCHON. Quels sont en quelques mots résumés avec force nos
objectifs ?
Tous viennent d’horizons divers, chacun est partie prenante Engager une réflexion collective des écoles d’architecture
d’un des laboratoires de recherche de l’école, mais ils ont en autour des questions soulevées par le concept de déve-
commun un même attachement aux questions ici posées. loppement durable, construire un positionnement en tant
qu’école d’architecture pour mieux répondre à ces enjeux
Avec Isabelle BENHIS, chargée de la Recherche, du dévelop- dont l’actualité ne se dément pas, bien au contraire.
pement, et des partenariats universitaires à l’école, ils ont
mis en œuvre les conditions de réussite de ce séminaire. Au-delà d’un état des lieux toujours nécessaire de ce que
nous faisons déjà, nous souhaitons engager un véritable
Celui ci s’inscrit d’emblée dans le projet de la Biennale de effort de prospective. Nous affirmons qu’il n’est pas con-
l’Habitat Durable, préparée dans le cadre de la convention tradictoire mais plutôt dynamique pour l’enseignement
de coopération entre l’Ecole Nationale Supérieure d’Archi- supérieur et la recherche en architecture de s’impliquer pour
tecture de Grenoble et la Ville de Grenoble. répondre à l’attente des collectivités en adoptant une pos-
ture à la fois participative et critique.
Nous avons choisi également de concevoir ce séminaire à Nous voulons être capables de propositions, pas seulement
l’échelle de la Région Rhône-Alpes qui soutient cette démarche d’analyses mais aussi d’actions dans ce domaine.
au titre du Contrat de Plan Etat-Région, et de son volet Cultu-
re - Mise en réseau des écoles d’architecture Rhône- Alpes. C’est, nous le croyons, une manière pour nos écoles de s’in-
téresser au monde de la production.
Je tiens à saluer ici nos collègues des écoles de Lyon et de St.-
Etienne qui ont fait la route pour participer à nos travaux. Ce séminaire, qui ne restera pas sans suite, constitue un
temps privilégié dans la vie de l’école et du réseau qu’elle
Yves BELMONT Conseiller pour l’architecture auprès de la constitue en Rhône-Alpes, et à Grenoble, et je remercie
DRAC Rhône-Alpes nous rejoindra dans la seconde partie d’autant plus chaleureusement nos invités Jean-Pierre Cam-
de la matinée. predon, Pierre Mahey et Yann Nussaume d’avoir accepté d’y
Mme Isabelle ARNAUD-DESCOURS, chargée de mission à participer.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 7
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

/////////////////////////////////////////////////////

PAGE 8///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

Sophie Paviol, ENSEIGNANTE ENSA GRENOBLE

INTRODUCTION//////////////////////////////////
Nous nous donnons pour objectif de déterminer le position- Pour ce faire, chacun des trois ateliers sera introduit par une
nement de l’école nationale supérieure d’architecture de personnalité invitée (temps de parole de 30 min environ),
Grenoble en matière d’environnement et de développement puis place sera faite à la discussion (1h30 environ).
durable.
ATELIER I : « Corps – milieu – enveloppe »
Ce séminaire nous offre l’opportunité d’expliciter, de mettre Cet atelier est présenté par Jean-Pierre Campredon, archi-
en discussion et de structurer une pensée qui manifeste la sin- tecte, animateur et créateur du site expérimental de Canter-
guralité de l’Ecole. Il fait suite à une première réflexion enga- cel. Nous vous invitons, pour davantage de précision sur les
gée depuis plusieurs années au sein de l’Ecole d’architecture activités du site de Cantercel, à consulter la revue Les cahiers
de Grenoble et dans le cadre des Grands Ateliers de l’Isle de Cantercel.
d’Abeau avec les Ecoles d’architecture de Lyon, Saint Etienne Jean-Pierre Campredon nous invite à partir du corps et d’une
et Clermond Ferrand. Cette réflexion mettait en avant notre conception sensible de l’habitat conçu comme « 3ème peau »
volonté de ne pas concevoir l’architecture soutenable comme pour expérimenter de nouveaux échanges entre l’homme et
une spécialité, une affaire d’experts, mais tout au contraire, les éléments naturels.
comme une démarche qui intègre des concepts sociétaux L’atelier est animé par Jean-Marc Huygen et Nicolas Remy.
dépassant la notion de qualité environnementale.
ATELIER II : « Concertation - coproduction »
Cette volonté partagée d’une approche culturelle du déve- Cet atelier est présenté par Pierre Mahey, architecte qui, avec
loppement durable, l’histoire de notre Ecole et quelques l’association des Arpenteurs, se consacre aux chantiers de
constats, très simples, nous ont permis de déterminer les la démocratie participative dans le cadre de projets urbains.
thèmes mis en discussion aujourd’hui. Pierre Mahey a écrit Pour une culture de la participation,
Succinctement : 2005.
 L’écologie est désormais partie prenante de notre quoti- Comment sauver la démocratie, ou pour le moins, réconci-
dien, de sensibilité d’architecte et de citoyen. Par ailleurs, lier la société civile et le politique ?
la distance de 30 ans qui nous sépare de la conférence des Comment installer les habitants au cœur de la production de
Nations Unies de Stockholm en juin 1972 nous permet de la ville ? Avec quels outils ?
commencer à porter un regard historique sur la diversité L’atelier est animé par Marcel Ruchon et Suzel Balez.
des approches environnementales.
 Le phénomène de forte médiatisation du développement ATELIER III : « Milieu - paysage - territoire »
durable provoque une conversion, plus ou moins perti- Cet atelier est présenté par Yann Nussaume, architecte. Il est
nente, de la pensée et des actions de l’écologie environ- enseignant à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de
nementaliste en développement durable. Paris La Villette et anime des séminaires d’études doctorales à
 Les enjeux sont de plus en plus complexes et imbriqués l’EHESS avec Augustin Berques sur l’articulation entre géogra-
pour les acteurs du projet d’architecture, de ville et de phie culturelle et architecture. Il est l’auteur en particulier de :
territoire. Si cela nous invite à la recherche de nouvelles Tadao Ando et la question du milieu, 1999 ; Toyo Ito, détails
pistes de travail, à l’innovation, à la diversification des de structure légère, 2003 et d’Un siècle de théories architec-
échelles de projet, au rapprochement des disciplines… turales japonaises, le regard du milieu, 2004.
cela nous oblige à développer une pensée critique de C’est à ce regard du milieu que nous convie Yann Nussaume
notre discipline et de sa pratique. en croisant la diversité des échelles (cultures locales et
dynamiques mondiales, localité du site et grands équilibres)
Nous vous proposons donc d’interroger l’écart qui existe avec le vécu des habitants.
entre l’environnemental et le durable pour proposer une L’atelier est animé par Vincent Rigassi et Sophie Paviol.
pensée du durable fondée sur un corpus critique, théorique
et pratique, soutenable en architecture dans ses trois dimen-
sions d’édifice, de ville et de territoire. Nous vous souhaitons une journée riche en discussion.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 9
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PAGE 10///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER I
corps - milieu - enveloppe Jean-Pierre Campredon
ARCHITECTE, ATELIER D’ARCHITECTURE CANTERCEL

INTERVENTION/////////////////////////////////
L’évolution des enveloppes qui ont abrité l’homme depuis intérieur/extérieur en hiérarchisant les degrés d’intimité.
la caverne jusqu’aux façades composites permet de faire un Ainsi le sens thermique remet en question la notion de
rapprochement entre le vêtement et les nouveaux modes surface chauffée et de besoin de chauffage; lumière, vue,
constructifs associant technicité et sensorialité. Ainsi l’habitat sonorités sont également concernées ;
en tant que « plus grand corps » ou « 3e peau » pose l’enjeu • notre corps, outil de mesure sensible, appréhende
de la relation intérieur/extérieur et de sa justesse dans une globalement l’ambiance d’un lieu. Ainsi une corrélation
approche de développement durable. existe entre le traitement spatial et le ressenti thermique
La réalisation d’une expérimentation grandeur nature par la compression ou la dilatation de l’espace, les matières
illustrera cette démarche corps - milieu - enveloppe : et leur tactilité, les couleurs, la disposition des « objets »
• un habitat bioclimatique associe les différents espaces dans l’espace. L’ensemble dans tous ses détails participe au
habités à l’évolutivité temporelle des besoins - matin, soir, traitement de l’ambiance thermique et modifie la donnée
saisons - et des apports thermiques dus aux orientations. Une du besoin de température en degrés ;
recherche d’économie organique dans les rapports intérieur/ • cette approche tant technique que sensible met en
extérieur tendra à réduire la confrontation en déclinant une interférence le choix des matériaux, des techniques, des
gamme d’espaces transitoires que le concept de « multiples mises en œuvre et la disposition spatiale. Elle associe des
peaux » favorise ; critères d’économie d’énergie, de santé et de confort qui
• ces nouvelles enveloppes, associant corps et milieu, se vérifient dans une analyse comportementale de l’être
déclinent de nouveaux comportements dans la relation humain se projetant sensiblement.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 11
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ATELIER I
corps - milieu - enveloppe Jean-Pierre Campredon
ARCHITECTE, ATELIER D’ARCHITECTURE CANTERCEL

/////////////////////////////////////////////////////

PAGE 12///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER I
corps - milieu - enveloppe Jean-Pierre Campredon
ARCHITECTE, ATELIER D’ARCHITECTURE CANTERCEL

/////////////////////////////////////////////////////

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 13
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ATELIER I
corps - milieu - enveloppe Jean-Pierre Campredon
ARCHITECTE, ATELIER D’ARCHITECTURE CANTERCEL

/////////////////////////////////////////////////////

PAGE 14///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER I
corps - milieu - enveloppe Jean-Pierre Campredon
ARCHITECTE, ATELIER D’ARCHITECTURE CANTERCEL

/////////////////////////////////////////////////////

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 15
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ATELIER I
corps - milieu - enveloppe Jean-Pierre Campredon
ARCHITECTE, ATELIER D’ARCHITECTURE CANTERCEL

/////////////////////////////////////////////////////

PAGE 16///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER I
corps - milieu - enveloppe Jean-Pierre Campredon
ARCHITECTE, ATELIER D’ARCHITECTURE CANTERCEL

/////////////////////////////////////////////////////

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 17
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ATELIER I
corps - milieu - enveloppe Jean-Marc Huygen, ARCHITECTE, ENSEIGNANT À L’ENSA GRENOBLE
Nicolas Remy, INGÉNIEUR, ENSEIGNANT ENSA GRENOBLE

SYNTHESE DES DEBATS/////////////////////////


Les débats après l’intervention de Jean-Pierre Campredon Au-delà même de l’enveloppe, une intervention a aussi rap-
sont revenus sur les propos de ce dernier. C’était, pour l’in- pelé que la question de la soutenabilité engageait l’échelle
vité, l’occasion de préciser certains points. Il nous apparaît du territoire et que la notion même d’ecoumène devait nous
cependant que l’ensemble des questions et des commentai- rappeler que la terre doit pouvoir respirer. Citant Alberti, la
res peut être regroupé selon 4 axes problématiques suscep- maison est une petite ville et la ville une grande maison, cet
tibles d’être approfondis lors de futurs séminaires : intervenant précisait que le débat devait englober aussi une
échelle plus grande.
La question de l’enveloppe
Une partie de l’exposé de Jean-Pierre Campredon visait à Complexité de la conception – jeu des contraintes
expliciter sa démarche de concepteur autour de la notion de L’exercice de conception renvoie aujourd’hui à la gestion
l’enveloppe. Pour lui, il s’agit de formaliser une double dia- de beaucoup de critères et de paramètres qui s’expriment
lectique entre les notions de corps et de milieu et celles de comme des jeux de contraintes souvent opposés. Pour J.P.
milieu et d’enveloppes. Comment la connaissance du corps Campredon, cette complexité est une richesse qu’il faut se
interroge-t-elle le milieu et les enveloppes ? et inversement, réapproprier. Cela nécessite une hiérarchisation de ces con-
comment les enveloppes doivent-elles dialoguer avec le traintes pour faire émerger une cohérence. Son intervention
milieu et les corps. Autrement dit, le projet se lit dans la doit être entendue comme une proposition parmi d’autres.
cohérence de l’emboîtement de ces enveloppes. Contenu
et contenant s’autodétermine et ce à plusieurs échelles, le La question de la soutenabilité des matériaux et des techni-
bâtiment trouvant son expression par le contenant qui l’ac- ques pour la confection de ces enveloppes a été aussi abor-
cueille (et inversement). Sur un ton délibérément provoca- dée. Ainsi pour Jean-Marc Campredon, il faut valoriser les
teur, Jean Pierre Campredon précise que le ciel détermine matériaux et les techniques locales. Cependant, il faut rester
le projet au même titre que la bouteille forme le liquide ouvert à d’autres matériaux (moins écologiques) car ils appa-
qu’elle contient. Ainsi penser durablement un projet, c’est raissent comme plus cohérents face à d’autres contraintes
penser les enveloppes comme des enveloppes spatiales et (notamment économiques, faisabilité de la mise en oeuvre).
physiques. Elles ne sont pas uniquement des objets techni- L’invité a eu ainsi l’occasion de préciser que cette complexité
ques avec des performances environnementales, elles sont ne pouvait plus aujourd’hui être gérée par un seul concepteur
aussi sensibles, culturelles et économiques. mais que cela créait l’opportunité de constituer des équipes. Il
a d’ailleurs insisté sur la richesse d’un dialogue entre les corps
L’assemblée, par plusieurs interventions, réaffirme cette de métiers pour faire évoluer les techniques de mise en œuvre
dimension culturelle de l’enveloppe. La peau d’un bâtiment, vers des solutions plus soutenables.
au même titre que les vêtements (image souvent convoquée
par J.P. Campredon) est une construction sociale. C’est une La question de la densité et de l’inflation de nos
expression de nos représentations et de nos rapports à une besoins
société, un temps et une culture. Ce contexte est fonda- Plusieurs intervenants ont exprimé leurs préoccupations face
mental dans tout exercice de conception et interroge direc- à des démarches soutenables dans des milieux construits
tement la question de la soutenabilité. denses. Face à la densité, face à l’inflation de nos besoins
(en termes de confort, de mobilité), comment le travail du
Jean-Pierre Compredon regrette que l’architecture concepteur peut-il être le vecteur de démarches durables ?
contemporaine nous éloigne des rapports directs que
l’Homme entretenait avec son environnement (naturel, Pour un autre participant, la question de la soutenabilité
construit, social). Il oppose une architecture tradition- renvoie d’abord à la question des limites (matérielles et vir-
nelle qui savait maintenir des liens avec les éléments aux tuelles) entre les espaces du public et les espaces privés. La
enveloppes contemporaines hermétiques où la nature et durabilité se situe justement à cet interface et on doit se
les éléments sont réintroduits artificiellement. Il prône demander aujourd’hui, face à une collectivité plus ou moins
pour une enveloppe sous la forme de multiples peaux dense, quelles sont justement les limites du collectif. Ce par-
environnementales, culturelles et économiques. Il n’y a ticipant insiste sur cet aspect car il lit dans la production con-
pas de réponse unique car l’individu et les enveloppes temporaine d’édifices dits soutenables un élitisme qui va à
qu’il faut construire sont pluriels comme ses pratiques et l’encontre des enjeux de nos sociétés.
ses représentations.

PAGE 18///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

/////////////////////////////////////////////////////
Le travail de Jean-Pierre Campredon s’attache lui à tisser des lieu (son orientation). Les usages viennent alors très rapidement
liens à partir des potentiels que le site offre. Il insiste et criti- pour penser un édifice le plus économe possible. Cette écono-
que vivement cette production architecturale qui ne fait que mie ne doit pas être entendue uniquement sur un plan finan-
juxtaposer des édifices et des fonctions et qui ne cherche pas cier, mais plutôt comme un principe profond d’économie, une
à lier des espaces physiques et des sociabilités. économie d’organicité.

Pour un autre intervenant, cette question de la densité sou- La nature, la faune et la flore sont évidemment des références
tenable apparaît aussi comme l’expression contemporaine qu’il convoque. Pour lui, c’est une source d’inspiration iné-
d’un vieux débat entre une densité gérée horizontalement puisable (notamment dans leurs capacités à organiser de la
(position portée par F.L. Wright) et une densité proposée densité et à tisser des liens). L’architecture contemporaine à
verticalement (Le Corbusier). Il n’y a pour lui pas de réponse Amsterdam, Franck Loyd Wright, l’architecture traditionnelle
évidente mais plutôt l’expression d’une conviction que tout japonaise et chinoise, les Cités Jardins sont aussi des référen-
architecte doit avoir. ces qui ne sont jamais bien loin dans son travail.
Jean-Pierre Campredon insiste par ailleurs sur la nécessité que
Une intervention observe aussi que le passage d’une archi- lui et son équipe (CANTERCEL) ont eu à définir des nouveaux
tecture traditionnelle à l’architecture moderne est corrélée outils de lecture des potentiels d’un site. Largement inspiré
à l’évolution croissante de nos besoins. Or aujourd’hui, on par les travaux de E.T. Hall (la dimension cachée), ils ont ainsi
est en droit de se poser les questions suivantes : comment développé des outils d’analyse (concepts, vocabulaire, métho-
devons-nous définir nos besoins ? et à qui doit-on confier dologie) sur la question de la perception de l’espace.
cette mission ?

Une fois de plus, pour notre invité, il semble qu’une réponse


possible à cette question essentielle se trouve dans le jeu
complexe des contraintes du projet. En effet pour Jean-
Pierre Campredon, l’évolution exponentielle de nos besoins
trouve des éléments de réponses dans les espaces conçus
par l’architecte. Une façon de faire est de décliner beau-
coup plus les rapports publics et privés. Travailler les espaces
interstitiels, ne pas les considérer comme résiduels et inuti-
les, c’est ajouter de l’épaisseur sociale, spatiale et sensible
entre les fonctions attendues d’un bâtiment. C’est jouer sur
les degrés d’intimité, c’est proposer des espaces de réappro-
priation, c’est une réponse spatiale à ces besoins en cons-
tante évolution.

Posture d’architecte – références – méthodologie de


travail
Une série d’interventions ont aussi voulu cerner l’originalité
de la démarche de Jean-Pierre Campredon. A ce titre, on
peut se demander en quoi sa production se singularise-t-
elle d’une démarche plus classique. Quelles références con-
voque-t-il ? quelles sont ses méthodes de travail et de plus
précisément comment lit-il le sens du lieu ?

Sans rentrer dans le détail de sa présentation, J.P. Campredon


a eu ainsi l’occasion de préciser sa démarche. Au-delà d’une
approche bioclimatique évidente (ensoleillement du site, expo-
sitions au vents), il s’efforce de comprendre la « direction » du

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 19
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PAGE 20///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER II
concertation - coproduction Pierre Mahey
ARCHITECTE, AGENCE ARPENTEURS

INTERVENTION//////////////////////////////////
Le développement durable passe irrémédiablement par une spécialiste universel. C’est la dynamique des compétences
conscience et une responsabilisation non seulement des rassemblées, des points de vue contrastés, qui peut seule
pouvoirs publics et du monde économique ou industriel, espérer faire avancer des projets intégrant cette complexité.
mais surtout de chacun. Le pari du changement ne peut se
gagner sans une implication active de chaque citoyen. Chaque individu est porteur d’une expertise, au moins celle
qu’il a acquise par son insertion dans la réalité quotidienne.
C’est la raison pour laquelle la participation citoyenne est C’est une compétence unique et indispensable. Cela justifie
intrinsèquement liée à tout projet d’agenda 21. largement la nécessité de la présence de chacun autour de
la table de délibération sur tout projet commun.
Cependant, nous sommes aussi face à une situation dans
laquelle l’implication responsable de chacun sur un projet Mais on voit bien que ce changement demande une évolution
commun, sur le projet collectif est terriblement entravée. Tout profonde dans les modes opératoires de production des
a été fait pour que l’on considère l’évolution de la société projets. La construction d’un espace de délibération est un
comme irréversiblement celle de l’individualisme, dans laquelle projet en soi.
l’Etat devient providence et le projet collectif archaïque.
Il passe par l’établissement, par exemple, d’un protocole
De même que le développement au tout économique et de l’échange, une culture commune du langage qui sans
financier met la planète en danger de mort, une société qui doute a besoin de ses traducteurs, ses interprètes. C’est
ne développe plus ni l’idée du projet collectif, ni l’implication sans doute un rôle dans lequel l’architecte devrait trouver
des individus va dans le mur. une place privilégiée. Il est en effet pénible de constater
que les modes de représentations du projet utilisés par les
La participation citoyenne est le plus court chemin pour une concepteurs restent bien souvent davantage des écrans qui
réconciliation et une coopération entre l’énergie sociale et le mettent à distance les partenaires. Rappelons la difficulté
politique, la meilleure façon de reconstruire de l’Etat légitime conceptuelle du plan qui superpose au moins deux niveaux
et crédible. d’abstraction. D’abord la suppression d’une dimension,
puis le changement d’échelle. On connaît la difficulté de
Personne ne peut s’impliquer durablement sur un projet, un tous les publics à s’approprier ce type de représentation
territoire, un changement s’il ne peut avoir prise, avoir une alors que l’on constate qu’à l’heure du multimédia, on le
influence sur ce projet. garde comme outil privilégié. Comment mettre au cœur de
la compétence de l’architecte une capacité à inventer des
Mais il ne suffit pas de décréter qu’on donne la parole aux modes de représentation du monde et des projets qui soient
gens pour qu’ils la prennent. Il faut construire des espaces adaptés au débat, à l’échange, à la compréhension de tous,
de parole, d’échange et de délibération qui construisent leur mais plus encore, qui deviennent l’outil d’échange même…
crédibilité et la confiance.
Il me semble aussi que l’approche complexe et la juxtaposition
Ces espaces doivent se justifier face à des usages bloqués sur des compétences et des points de vue a besoin, pour devenir
l’organisation sectorielle, face à des a priori sur les rôles de efficace, de compétences capables de créer les liens, les
chacun, en particulier des élus jaloux de leurs prérogatives systémies qui permettront de faire. L’architecte peut sans
de décideurs, des techniciens apeurés par la remise en cause doute prendre un rôle majeur dans ce travail qui, s’il n’est pas
de leurs savoirs, une démocratie qui se barricade derrière la fait, laisse le discours et l’échange sans aucun sens.
justification mitée de la représentativité.
Reste cependant à relativiser la question du projet. Si l’on
Un point d’appui permet sans doute de justifier de faire entrer revient à la seule question du projet urbain ou architectural,
les citoyens, je préfère dire les gens, dans la construction rappelons que les plus passionnés par ce moment particulier
du bien commun, c’est de rappeler la complexité de notre de la vie de nos villes sont les concepteurs. Pour le commun
monde qui, pour envisager du projet, doit rassembler des mortels, c’est le moment le plus désagréable, celui où l’on
toutes les compétences. On ne peut plus espérer résoudre arrête de vivre, de fonctionner. Il faut attendre, quelquefois
les questions qui nous sont posées, en particulier sur le rêver mais souvent être déçu, subir les aléas du chantier
développement durable, par le seul regard de quelque jamais fini, payer, bref, c’est le moment de la souffrance,

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 21
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ATELIER II
concertation - coproduction Pierre Mahey
ARCHITECTE, AGENCE ARPENTEURS

/////////////////////////////////////////////////////
après la réalisation commence enfin la vraie vie. Dommage
que ce soit aussi le moment où s’arrête la plupart du temps
le débat et l’échange. Alors que commence le projet de vie.
Ne faut-il pas imaginer de nouveaux acteurs, impliqués sur le
projet de vie, « architectes concierges », capables de dessiner
en permanence l’adaptation des espaces aux projets de vie
mis en délibération en permanence?

PAGE 22///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER II
concertation - coproduction Marcel Ruchon - ARCHITECTE, ENSEIGNANT ENSA GRENOBLE
Suzel Balez - ARCHITECTE, CHERCHEUSE AU CRESSON, ENSA GRENOBLE

SYNTHESE DES DEBATS////////////////////////


Les décisions de modification ou d’évolution de l’environ- Pour Pierre Mahey, donner la parole aux gens est un
nement construit n’impliquent que rarement ses usagers. projet en soi. Et comme un projet architectural, celui-
La démocratie et la légitimité des services publics, mises ci nécessite des outils adaptés. Il propose notamment
en cause, impliquent ainsi, aujourd’hui, une déresponsabi- entre autres, sur le modèle de Patrick Viveret*, d’utiliser
lisation de ces acteurs, vécue au mieux avec frustration, au la délibération. Une délibération est un constat basé sur
pire avec indifférence. Or la responsabilisation individuelle une réflexion collective : chacun exprime son point de
est un levier majeur du développement durable, car, sans vue, avec son expérience, ses compétences et toutes les
elle, les modifications, voire même les bouleversements propositions sont ensuite observées, de façon à les con-
indispensables des comportements individuels ne sont pas fronter, à les évaluer. La délibération ne comporte pas de
possibles. Cette responsabilité individuelle n’est envisagea- décision car elle en est l’outil.
ble qu’à travers la conscience d’avoir une place dans un
processus d’élaboration, autrement dit à travers l’action. La capacitation individuelle est un autre outil au service
de la coproduction. Ce néologisme emprunté au Brésil et
Mais comment peut-on co-produire ? Dispose-t-on des au Zaïre signifie que pour coproduire chacun n’a pas for-
bons outils ? Par exemple la situation spatiale de la réunion cément besoin d’une formation mais d’une mise en capa-
publique « classique » avec un intervenant face à un public, cité qui permet de révéler des choses en soi. Ces outils
sur le modèle de la situation de l’enseignement, est-elle permettent une émergence simultanée des points de
propice à la co-élaboration, à la réflexion collective ? vue et même des compétences. Cette simultanéité signe
la coproduction, car, sans elle, pas de lisibilité, donc pas
De la même façon, la représentation de l’espace, privée de sa projet commun possible.
dimension perceptive la plus importante, la hauteur, comme le
changement d’échelle du plan, sont des données terriblement Intrinsèquement mobilisatrice d’un cercle de compétences
difficiles à appréhender, hors du cercle de ceux qui manipu- élargi, la coproduction constitue une source d’innovation.
lent ces représentations quotidiennement. Ce monopole de
la compréhension du projet d’intervention sur l’espace a pour
conséquence immédiate la méfiance ou encore le désintérêt et * Patrick Viveret, conseiller référendaire à la Cour des comptes et auteur
son corollaire, la déresponsabilisation. en 2002 d’un rapport sur « Reconsidérer la richesse » (éditions de l’Aube)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 23
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PAGE 24///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER III
milieu - paysage - territoire Yann Nussaume
ARCHITECTE, ENSEIGNANT ENSA PARIS LA VILLETTE

INTERVENTION//////////////////////////////////
MILIEU ET ARCHITECTURE DURABLE Dans les articles de la proclamation de la déclaration de
Stockholm et l’énoncé des différents principes communs, on
Au cours des années 70, la notion de développement trouve la nécessité pour l’homme de continuer à progresser,
« durable » est devenue une préoccupation fondamentale mais aussi la nécessité de protéger l’environnement et d’en
dans de nombreux domaines. Cette évolution coïncide améliorer la qualité ; ces points sont reconnus comme
avec une prise de conscience planétaire, liée au besoin de des questions d’une importance majeure pour le bien-
préserver la terre et sa biosphère, le macrocosme où nous être des populations. On peut ainsi lire :« L’homme doit
habitons. L’objet de cette présentation est de vous expliquer constamment faire le point de son expérience et continuer
l’intérêt de la notion de milieu par rapport à la thématique à découvrir, à inventer, à créer et à avancer. Aujourd’hui, ce
du développement « durable » en architecture. pouvoir qu’a l’homme de transformer le milieu dans lequel
il vit, s’il est utilisé avec discernement, peut apporter à tous
Mon exposé comporte cinq parties : tout d’abord, les peuples les bienfaits du développement et la possibilité
j’évoquerai quelques dates et évènements fondamentaux d’améliorer la qualité de la vie. Utilisé abusivement ou
qui marquent l’intérêt des nations pour le développement inconsidérément, ce même pouvoir peut causer un mal
« durable » ; puis, j’aborderai la prise de conscience de ce incalculable aux êtres humains et à l’environnement. »
centre d’intérêt dans le domaine de l’architecture et de
l’urbanisme ; si le « développement durable » est un sujet Ces premières alertes face à la fragilité des ressources
relativement récent, j’expliquerai ensuite que le retour vers naturelles, et cette sensibilisation aux liens entre
la nature et la question du contexte en architecture sont développement et environnement conduiront à l’idée de
des thèmes plus anciens qui précèdent et quelque part la nécessité d’un développement durable, défini comme
annoncent le développement durable . Ayant ainsi fait un répondant aux besoins actuels sans limiter la capacité
état de la situation, j’éclaircirai la notion de milieu et son des générations futures à satisfaire leurs propres besoins.
intérêt par rapport au développement « durable » et aux L’expression « développement durable » apparaît donc au
thèmes précédents ; pour finir je commenterai l’évolution début des années 1980 et se popularise dans la deuxième
de mes recherches sur les liens entre architecture et nature, moitié de la décennie1. D’autres sommets, colloques et
leur intérêt pour la question du développement « durable », conférences suivront, faisant de cette notion un sujet
l’ensemble illustré par un cas d’étude portant sur les procédés largement médiatisé2.
de préservation de la montagne dans la région de Nagano
au Japon et les liens de ceux-ci avec le milieu nippon.

La prise de conscience du sujet dans le domaine de


l’architecture et de l’ubanisme
Quelques dates fondamentales
Dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme
Les années 70 marquent indiscutablement un tournant dans qui nous concernent, la montée de l’importance des
l’intérêt pour le développement « durable », elles constituent questions environnementales dans l’acte de construire
une étape clé dans la prise de conscience collective liée aux fait écho à cette prise de conscience internationale. Ainsi,
questions sociales et écologiques. en 1969, Ian L. McHarg publie un ouvrage important sur
le sujet intitulé Design with nature qui pose clairement
Ainsi, en juin 1972, la conférence des Nations unies la question de la place de l’homme dans le monde
de Stockholm place le thème de l’écologie au rang de environnant. La même année, Banham Reyner publie
préoccupations internationales. Elle avait été précédée d’un The architecture of welltempered environment3. Dans
rapport alarmiste intitulé « Halte à la croissance » (en anglais : cet ouvrage, il s’interroge sur l’importance des questions
« Limits to Growth) établi par le M.I.T pour le compte du Club de environnementales par rapport à l’architecture. Le sujet
Rome (Association de scientifiques, d’économistes et d’hommes était novateur, pourtant si l’on se réfère à Ian L. McHarg,
d’affaires centrée sur la prospective). Notant l’emballement des il ne le croit guère, à l’époque, susceptible d’intéresser
variables fondamentales (population, pollution…), il prédisait grand monde4.
une catastrophe planétaire si un changement d’attitude n’avait
pas lieu dans le processus d’accroissement des richesses et Les deux chocs pétroliers des années 70 ont toutefois
d’amélioration des conditions de vie. accentué cette mobilisation progressive du milieu

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 25
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ATELIER III
milieu - paysage - territoire Yann Nussaume
ARCHITECTE, ENSEIGNANT ENSA PARIS LA VILLETTE

/////////////////////////////////////////////////////
architectural et l’ont conduit à s’intéresser aux questions Le retour vers la nature et la question du contexte :
environnementales, mais à des échelles très diverses selon un thème qui précède celui du développement
les pays. En France, la volonté de réfléchir à l’ensemble du « durable »
processus de réalisation d’un bâtiment selon les principes
du développement durable est relativement récente. Sur En ce sens, la conférence de Heidegger à Darmstadt
ce point, on peut lire avec profit en 2001 L’architecture « Bâtir, habiter, penser » en 1951 peut être déjà perçue
écologique de Dominique Gauzin-Muller5 et en 2002 comme posant les prémisses d’une ontologie de l’habiter,
Architectures durables de Pierre Lefèvre6. questionnant les attentes d’une architecture apte à subvertir
les dogmes fonctionnalistes du mouvement moderne7. Cette
Mais de quoi parle-t-on quand on parle de développement conférence interrogeait l’essence de la notion d’ « habiter »
durable en architecture ? On parle de développement et de « construire ».
durable à partir du moment où l’on a le souci de bâtir
En fait, en même temps que l’architecture et les villes
des édifices dont la construction, l’entretien et la
s’internationalisent, suite aux évolutions des modes de vie,
démolition consomment le moins d’énergie possible
transferts des formes, des techniques et matériaux, voire des
et sans entraîner la production de déchets de toutes
architectes, indépendamment des frontières, pays, régions,
sortes. Il s’agit là de questions primordiales, mais lieux, la question se pose de savoir ce qui demeure et doit
délicates à décliner, car l’acte de construire dialogue demeurer lors de ces processus d’exportation et métissage.
avec de nombreux domaines (économique, techniques,
sociaux, culturels…) dont les intérêts immédiats peuvent Cette inquiétude face aux bouleversements rapides de
être totalement contradictoires. Et il est bien difficile nos lieux de vie s’est manifestée tout d’abord par l’intérêt
d’évaluer le coût réel d’un bâtiment par les architectes et grandissant accordé aux contextes et le développement du
les constructeurs. Par ailleurs, d’une manière générale, la post-modernisme dans les années 60, puis dans les années
notion d’architecture durable comme de développement 70/80 lorsque s’est fait sentir la nécessité de tisser des
durable est sujette à de nombreuses interprétations en liens entre bâti et paysage, entre bâtiments et sites et plus
fonction des cultures et des lieux. récemment par une redécouverte de l’importance des lieux.

Pour ma part, je travaille sur l’importance de l’influence Le théoricien norvégien Christian Norberg-Schulz s’appuyant
des milieux que je définirais en reprenant la définition du justement sur les écrits de Heidegger a largement abordé ce
géographe Augustin Berque comme « la relation d’une sujet dans ses ouvrages Genius Loci8 et l’Art du lieu9, publié
société à son environnement ». J’étudie leur rôle dans successivement en 1979 et 1996. Il y souligne l’importance
les différences de rapports au monde selon les cultures des interactions entre l’environnement, le lieu et l’homme.
et les géographies et la perception de l’environnement. De même, par exemple, Amos Rapoport, dans Culture,
J’observe leur effet sur les processus de création Architecture et Design10, traduit en français en 2003 pose
architecturale et la formation des villes contemporaines. la question de savoir comment relier environnement -
comportement. Il se demande quel rôle joue la culture
Pour essayer de comprendre et de mieux expliquer
dans la conception et traite de l’interrelation entre les
pourquoi le concept de développement durable et ses
caractéristiques bio-sociales, psychologiques des individus
applications diffèrent tant d’un pays à l’autre, la notion
et les aspects environnementaux, en s’efforçant de retrouver
de milieu est particulièrement utile. Mais avant d’aborder
les mécanismes qui les lient.
plus avant cette question notons que si la conscience de la
nécessité de protéger la planète dans l’acte de construire Que ce soit pour la compréhension de la notion de
est relativement récente, elle a été largement précédée développement « durable » ou celle des liens entre
par une réaction du monde architectural à l’égard de architecture/nature, ville / paysage, qui se posent plus que
la généralisation de l’architecture internationale, des jamais, la notion de milieu apparaît comme fondamentale
principes urbains à visées universalistes (comme ceux puisqu’elle permet de saisir le pourquoi des différences.
proposés lors des Congrès Internationaux d’Architecture Autrement dit, elle contribue à nous faire saisir pourquoi
Moderne de 1928 à 1959) et de la multiplication de on construit différemment, pourquoi on ne peut pas
constructions de bâtiments sans lien avec les sites et les traiter la notion de développement « durable » d’une
lieux où ils sont édifiés. manière globale et nous convie à admettre qu’elle dépend

PAGE 26///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER III
milieu - paysage - territoire Yann Nussaume
ARCHITECTE, ENSEIGNANT ENSA PARIS LA VILLETTE

/////////////////////////////////////////////////////
étroitement des modes de vie qui sont en interaction avec Evolution de mes recherches
les diversités géographiques.
Depuis une décennie, inspiré par les travaux d’A. Berque et de
scientifiques du domaine, je cherche, à partir de cas d’étude
spécifiques, à étudier le rôle des milieux sur la production
Quelques explications sur la notion de milieu architecturale contemporaine et plus précisément sur celle
des architectes et de leur contribution à la formation des
J’ai effectué des recherches sur l’histoire de l’évolution villes. Il me semble primordial de comprendre en quoi les
de la notion de milieu, mais d’une manière générale, je milieux influencent leur rapport au monde, leur perception
me réfère aux travaux d’Augustin Berque sur le sujet. En de celui-ci et par-là leur processus de création architecturale.
résumé, si de nombreux chercheurs se sont interrogés sur Par rapport à la question du développement durable, je ne
le lien existant entre société et nature, la valeur ajoutée des peux pas prétendre que je travaille directement sur ce sujet,
mais je pense qu’en comprenant les influences des milieux
travaux d’Augustin Berque est de proposer des outils réels
sur l’architecture, on saisit mieux comment la notion de
et des concepts pour réfléchir sur cette relation qu’il définit
développement durable est appréhendée de nos jours de
avec précision. Il est aussi l’un des rares penseurs à croiser
multiples façons selon les pays.
les sciences géographiques, sociales et philosophiques pour
enrichir un questionnement sur les effets du milieu sur Jusqu’à présent, mes investigations ont été effectuées au
« l’être » et le rapport au monde des individus. sein de divers laboratoires en France « Centre de recherche
sur le Japon contemporain »15, d’équipes de recherche
Pour lui, le Milieu est une manifestation d’un système de comme « Architectures, milieux, paysages » (ex « Jardins,
va-et-vient constant entre de nombreux facteurs : culturels, Paysages, territoires »)16, au Japon, à l’université de Kyoto
géographiques, philosophiques, et cosmologiques… donc, dans le laboratoire du professeur Kato Kunio, de Waseda
chaque pays, chaque lieu possède des milieux spécifiques qui dans celui de Monnai Teruyuki et aussi à Londres à la Bartlett
lui sont propres. « Un milieu se définit toujours par rapport School of Graduates studies, sous la direction de Bill Hillier…
à un lieu, au moins à une activité, ou a un groupe social, Derrière ces recherches se pose en permanence la question
une personne. Le milieu n’existe pas en soi, il est milieu de fondamentale de l’essence et des référents de l’architecture
quelque chose ou de quelqu’un. »11 Comme il le souligne construite actuellement aux quatre coins de la planète, dans
dans Médiance, de milieux en paysages : « En matière de un contexte d’internationalisation. Assiste-t-on réellement
milieux, tout est affaire de rapport, d’échelle, de mesure ; il à une homogénéisation ? La multiplication de modèles
n’y a dans le milieu ni intrinsèque, ni absolu, ni universel. »12 architecturaux similaires construits indépendamment des
Contrairement aux théories « à sens unique » d’autres cultures et des géographies le laisse penser. La réalité qui doit
chercheurs qui s’enferment soit dans le domaine de la prendre en compte, non seulement le milieu ou les milieux
culture, soit dans le domaine de la nature, la thèse de Berque et référents du créateur, lors de la phase de création, mais
prône l’idée d’un mécanisme d’influences réciproques en aussi la manière dont la création est revisitée lors de la mise
en œuvre, puis comment les modèles sont vécus selon les
perpétuel mouvement : un phénomène « trajectif ».
façons de vivre, tend à montrer que cela n’est pas si simple.
Surtout si l’on prend le temps d’observer le mécanisme,
Parmi les nombreux ouvrages qu’il a publié citons Écoumène.
sur un laps de temps important, la durée, avec le vécu
Introduction à l’étude des milieux humains13 en 2000 qui
des habitants, ayant tendance à figer les modèles les plus
est en quelque sorte la généralisation de sa théorie. Entre
dictatoriaux17. L’idée d’une architecture « internationale », à
les nombreuses notions qu’il revisite autour de la notion de l’honneur après la seconde guerre mondiale, est d’ailleurs
milieu, citons aussi celle de « médiance » qu’il définit comme largement rejetée depuis les années 70. Ce que je cherche
« sens d’un milieu humain »14. Pour lui, le mot « sens » renvoie à démontrer c’est que les architectes contemporains restent
ici autant à la sémaphore (les significations) qu’à la biosphère pour partie ancrés dans leur milieu, milieu qui revisite
(les sensations du corps vivant) et à la planète (les tendances leur architecture entraînant une architecture moderne,
matérielles objectives du milieu en question). La médiance progressivement consciemment ou inconsciemment déclinée
est donc à la fois originelle (elle se place dans le sens d’une selon les pays, les cultures, les géographies. L’architecte, en
évolution de l’histoire) et originaire (elle va de l’inconscient au fonction naturellement de ses référents, se trouve pris au
subconscient et à la conscience). centre d’un phénomène d’internationalisation versus milieu,

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 27
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ATELIER III
milieu - paysage - territoire Yann Nussaume
ARCHITECTE, ENSEIGNANT ENSA PARIS LA VILLETTE

/////////////////////////////////////////////////////
les deux s’opposant en se complétant. Par rapport à cette récemment, j’ai observé comment une sélection d’architectes
dynamique, il est important de ne pas s’enfermer dans occidentaux transfère leur travail en Chine et comment
les cas particuliers, de ne pas chercher dans un bâtiment justement ils prétendent dépasser le gap de l’éloignement
isolément, à un instant T, les effets du milieu. Le processus culturel et géographique22. Parmi ceux-ci, certains se référent
de naturalisation de l’architecture et des villes ne se produit directement à des spécificités de la culture chinoise (c’est le cas
pas instantanément ; cela prend du temps. de l’agence des gares l’AREP), certains essayent de travailler très
tôt dans leur processus en collaboration avec des autochtones
Pour essayer de comprendre l’importance des milieux, je (tel que l’OMA), estimant que cela favorisera la création de
me suis plus particulièrement intéressé à l’influence du bâtiments hybrides, d’autres ne se posent pas vraiment la
milieu nippon sur ses architectes et l’évolution de la théorie question, mais ayant vécu longtemps dans le pays ou parlant
architecturale contemporaine japonaise. J’ai ainsi pu observer la langue, pensent pouvoir se situer dans un juste milieu entre
que chez des architectes aussi différents que Tadao Andô et la modernité et les réalités locales. Enfin, il en est qui ne se
Shin Takamatsu, l’un prêchant le minimalisme et le retour à formalisent pas du fait de construire dans un pays dont ils ne
la nature et l’autre vénérant la puissance et un machinisme maîtrisent pas les fondements culturels et qui considèrent que
formel à la limite du « baroque », leurs travaux conservent les moyens constructifs ou les usagers permettront à la culture
toutefois un lien profond avec le milieu japonais qui les a vus locale de se réapproprier le bâtiment, au milieu ambiant de
œuvrer18. Ainsi la notion de « nature qui a été rendue abstraite » l’innerver (c’est le cas de Paul Andreu, notamment, parlant de
(« chushoka sareta shizen ») que souhaite réintroduire Tadao l’Opéra de Pékin).
Andô dans son architecture ne peut se comprendre qu’en
lien avec certaines inspirations puisées en Occident (ce que A Londres, dans le laboratoire du professeur Bill Hillier, j’ai
nous avons appelé une théatralisation de la nature), mais dont cherché à établir des modèles d’analyse architecturale et
l’essence des références est profondément reliée à la culture urbaine, des systèmes de mesure et des grilles de lecture de
shintô19. Il en va de même des excès formels des constructions différences de sens, lors de la confrontation avec la notion
de Takamatsu : ils ne peuvent être compris qu’en référence à de milieu23. Cette investigation m’a conduit à la nécessité
de nombreuses et subtiles perversions de la tradition nippone d’appliquer à nos observations ce que nous avons appelé un
qu’il a su activer avec intelligence et qui prouvent aussi que la regard herméneutique consistant à saisir les fondements de
culture nippone n’est pas unitaire. Ses bâtiments s’inscrivent l’architecture à partir de l’intention de celui qui la conçoit et
explicitement dans un marché économique, une échelle de non pas en observateur passif, à observer un site en sachant
la construction, une précision du détail, un espace-temps désaxer son regard suivant divers points…
propres à l’archipel dont les références et les techniques de
création sont difficilement exportables. Ces recherches menées dans divers laboratoires n’ont pas
été confortées par de véritables démonstrations scientifiques
Par la suite, passant au crible les détails de l’architecte Toyô dans le domaine de l’architecture, selon les démarches
Itô20, j’ai pu observer comment on pouvait y déceler, par propres à une science de l’architecture telle que la défend
une relecture attentive, de nombreuses caractéristiques Philippe Boudon. Toutefois, les constatations et les analyses
de l’influence du « milieu nippon ». Au cours de l’étude faites nous confirment que la clarification de la question du
d’un siècle de théorie architecturale japonaise, j’ai aussi « milieu » et sa mise en perspective dans les domaines plus
cherché à montrer comment ce dernier, sur un long laps spécifiques de l’architecture et de la ville, sont aujourd’hui
de temps, revisite progressivement les pensées et théories un enjeu pour un renouveau de la théorie et de la pratique
architecturales japonaises21. On constate que plusieurs architecturale et urbaine.
générations d’architectes qui, tantôt rejettent la tradition
nippone, tantôt s’y référent, conduisent à une situation
actuelle où ils ne sentent plus la nécessité de l’évoquer, car
comme l’explique Sejima, le fait qu’il soit japonais implique En conclusion : évoquons un cas d’étude la préservation
qu’il produise une architecture moderne japonaise. de l’eau et de la montagne dans la région Shiga koen
à Nagano au Japon
Naturellement, il faut prendre en compte qu’il n’existe pas un
milieu nippon unique, mais des milieux nippons divers et variés Pour finir, je souhaite terminer sur un exemple qui j’espère
se transformant au cours du temps et agissant de manière éclairera mon propos. Cet été, j’ai été invité au Japon
distincte sur les individus selon leurs particularismes. Plus pour participer à un Workshop. Celui-ci avait pour thème

PAGE 28///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER III
milieu - paysage - territoire Yann Nussaume
ARCHITECTE, ENSEIGNANT ENSA PARIS LA VILLETTE

/////////////////////////////////////////////////////
la préservation de la montagne et de l’eau dans la région
1
L’expression « Développement durable » serait apparue en 1980 dans une
publication de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Elle
montagneuse de Shiga koen à Nagano au Japon. Pendant aurait été reprise et popularisée par la Commission Brundtland, mise en place
plusieurs jours, sous la conduite de plusieurs techniciens par le Président Clinton en 1987 pour réfléchir sur ce thème aux Etats-Unis.
locaux, nous avons visité les techniques de préservation 2
Vingt ans après la conférence des Nations unies de Stockholm, au Sommet
de la nature et plus particulièrement de l’eau. Dans cette de la Terre, qui s’est tenu en juin 1992 à Rio de Janeiro, au Brésil, une centaine
de chefs d’État et de gouvernement, associé à plus de 1500 organisations
perspective, J’ai notamment appris qu’il était interdit non gouvernementales (ONG), aboutissent à une déclaration qui fixe les
d’entrer dans le massif forestier et naturellement de couper lignes d’action visant à assurer une meilleure gestion de la planète. Elle
des arbres, car la population craignait que toute intrusion tente d’établir le concept des droits et des responsabilités des pays dans
n’entraîne une pollution de l’eau, celle-ci étant un élément le domaine de l’environnement. Les années passant, les conférences
mondiales se succèdent, avec notamment en 1997, la Conférence de Kyoto
fondamental pour la culture. Je pense que ce choix peut sur le réchauffement de la planète.
s’expliquer si l’on fait l’effort de déplacer son regard et 3
Ed. Archi-Press, Londres, 1969.
d’examiner les choses du point de vue du milieu japonais. En 4
Dans la préface de la réédition de son ouvrage en 1992, Ian L. McHarg
effet, si l’on peut penser légitimement qu’il faut préserver explique qu’il pensait que l’audience mondiale susceptible d’être intéressée
par le sujet ne dépasserait pas 5000 personnes.
la quiétude de la forêt pour conserver la qualité de l’eau, 5
Ed. Le Moniteur, Paris, 2001.
il existe probablement conjointement des raisons beaucoup 6
Aix-en-Provence, Edisud, 2002 , 192 p.
plus subtiles à cette exigence. Par exemple, il faut savoir 7
C’est l’hypothèse qu’a retenue Augustin Berque pour son séminaire
qu’au Japon, la montagne est traditionnellement un lieu intitulé « Habiter dans sa poétique première » à l’Ecole des Hautes Etudes
en Sciences Sociales en 2004-2005
sacré et l’eau un symbole de purification. Sans tenter une 8
Christian Norberg-Schulz, Genius Loci, Milan, Electra, 1979 ; trad. fr.
démonstration aléatoire, il est probable qu’au-delà des Genius Loci, Bruxelles, Pierre Mardaga, 1981.
questions techniques, il existe une réticence plus profonde 9
Christian Norberg-Schulz, Architettura : presenza, linguaggio et luogo,
basée sur l’inquiétude que la destruction de ce territoire Milan, Skira, 1996 ; trad. fr. l’Art du lieu, Collection Architextes, Paris, éd.
sacré n’entraîne la perte de la purification de l’eau. Quoiqu’il Le Moniteur, 1997.
10
Editions Infolio, CH-Gollion, 2003, p.154.
en soit, il est intéressant de constater que dans le monde 11
Voir « milieu » dans R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les mots de la géographie.
moderne que l’on a tendance à stéréotyper, la première Dictionnaire critique, Reclus-La documentation Française, p. 330.
réaction est souvent d’appréhender et de gérer ce qui nous
12
Berque, A., Médiance. De milieux en paysages. RECLUS, Montpellier,
1990, (2e éd. Belin, 2000), p. 38.
entoure à partir de nos propres référents ancrés solidement 13
Paris, Belin.
et bien spécifiquement. 14
Voir ibid., p. 48.
15
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ministère de l’éducation
nationale.
16
De l’Ecole d’Architecture de Paris la Villette, Ministère de la Culture et
de la Communication.
17
A une échelle modeste et sans vouloir prétendre que l’architecture de
Le Corbusier est dictatoriale, l’ouvrage de Philippe Boudon Pessac de Le
Corbusier, étude de socio-architecturale 1927/85 (Dunod, Paris, 1969, nouv.
éd. Augmentée,1985) est relativement éclairant puisqu’il nous montre
comment les utilisateurs se sont réappropriés les espaces des bâtiments.
18
Voir : Doctorat en Etudes Urbaines (option : Architecture et Paysage), Écoles
des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Centre de Recherche sur le
Japon Contemporain, Paris (Professeur : Augustin Berque) : Tadao Andô et Shin
Takamatsu face au « désordre » de la ville japonaise : Sens de leur architecture,
relation à la ville et à la tradition. Influence du « Milieu » (Fûdo).
19
Voir Yann Nussaume, Tadao Andô et la question du milieu, Réflexions sur
l’architecture et le paysage, Le Moniteur, Paris, 1999, 278 p.
20
Voir Yann Nussaume (sous la dir.), Toyô Itô : Détails de structure légère, Le
Moniteur, Paris, juin 2003, 250 p.
21
Voir Un siècle de théories architecturales japonaises : une anthologie
critique. Milieu et internationalisation, Ousia, Bruxelles, 2004, 580 p.
22
Voir Yann Nussaume, Michelle Mosiniak, Architectes occidentaux en
Chine, Le Moniteur, Paris, 2004, 202 p.
23
Voir : Yann Nussaume, « Measuring the Japanese townscape. What the
Japanese city teach us », in Kenchiku Zasshi, vol. 117, nº 1489, juin 2002,
pp. 40-41. Cette recherche est toujours en cours et nous l’évoquerons dans
le troisième chapitre et dans les conclusions de cet ouvrage.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 29
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PAGE 30///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIER III
milieu - paysage - territoire Sophie Paviol, ARCHITECTE, ENSEIGNANTE ENSA GRENOBLE
Vincent Rigassi, ARCHITECTE, ENSEIGNANT L’ENSA GRENOBLE

SYNTHESE DES DEBATS////////////////////////


La notion de milieu est stratégique dès lors que nous lui Initier les étudiants à ne pas s’en tenir à la matérialité des
reconnaissons une double charge, à la fois géographique choses : voir tout ce qu’il y a autour.
et culturelle (définition d’Augustin Berque). Le milieu, pensé
comme relation d’une société à son environnement, peut Les manières dont nous pensons l’architecture, la ville, le
alors assurer le lien entre l’environnement et le paysage. développement durable sont ancrées dans notre milieu. A
La nécessité de ces liens s’est manifestée avant même d’évo- titre d’exemple, l’isolation est envisagée de manière com-
quer la préservation de la planète par la réaction de nom- plètement différente en France et au Japon ; au Japon, il est
breux architectes face à la généralisation de l’architecture attendu d’avoir froid dans la maison, car la fraîcheur de la
internationale (notamment les principes des CIAM) sans lien maison par la ventilation d’été est considérée comme plus
avec les sites et les lieux où ils sont édifiés. importante que la chaleur l’hiver. Le milieu est un référent
extrêmement prégnant. L’architecture des architectes con-
La notion de milieu est fondamentale puisqu’elle met en temporains les plus « nomades » est ancrée dans leur milieu
évidence pourquoi on construit, et on perçoit le monde d’origine. Ce pourquoi, les étudiants doivent acquérir une
différemment, et illustre ainsi pourquoi le développement grande conscience du milieu dans lequel ils vivent et/ou dans
«durable» ne peut pas être traité de manière uniforme et lequel ils ont grandi.
doit nécessairement se rattacher aux modes de vies et aux
diversités géographiques (de la diversité des perceptions du Etre conscient de son milieu prend d’autant plus d’impor-
monde aux diversités des usages du monde). « Le milieu tance que les milieux dans lesquels nous construisons sont
n’existe pas en soi, il est milieu de quelque chose ou de éclatés, ou pour le moins dispersés. Il suffit de penser à l’in-
quelqu’un.» ternationalisation de la production architecturale : concep-
teurs, main d’œuvre et matériaux de construction...
Distinguer les notions de géographie et de culture est en
soi, une position culturelle. Nous appartenons à un milieu et S’immerger dans un milieu. Se mettre en position de réception.
il nous appartient. Le paysage, ou plus exactement ce que Aller à la rencontre de l’autre. Cette attitude est aussi celle de
nous nommons « paysage » et que d’autres cultures nomme la concertation (cf. l’Atelier présenté par Pierre Mahey).
« rêve », est pris dans ce milieu.
Une autre caractéristique se dégage de l’expérience japonaise
Comment apprendre aux étudiants à être conscients du qui nous été restituée par Yann Nussaume : la plus grand
milieu dans lequel ils vivent ? attention portée aux causes, et non aux conséquences. C’est
La capacité à se décaler, c’est-à-dire à oublier - pour un toute une manière de penser le projet d’architecture et ses
temps - qui nous sommes pour mieux se rendre disponible modalités est qui en cause. Ainsi après le tremblement de
au monde environnant est essentielle. Il faut, dès les premiè- Kobe, la première reconstruction a-t-elle été celle des liens
res années de formation, apprendre à changer de repères, à sociaux entre les sinistrés, car c’est cette reconstruction là
se rendre étranger ou à être étranger. qui va induire ensuite celle de la ville.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 31
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

/////////////////////////////////////////////////////

PAGE 32///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

Françoise Very,
PRÉSIDENTE DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’ENSA GRENOBLE

^
CLOTURE////////////////////////////////////////
Nous venons de comprendre, grâce à l’intervention de Yann Culture du regard + culture de l’intérieur, pour pouvoir
Nussaume, la difficulté de prendre conscience du milieu travailler en architecte selon les modalités de l’édifice, de la
et son importance. Et j’insiste sur la nécessité, pour notre ville et du territoire..
métier d’architecte, d’exercer la conscience de nos sens, de
notre corps (n.1) pour pouvoir transformer l’expérience de Il y a 25 ans, j’avais écrit un article sur le patrimoine, notion
la vie quotidienne en outils du projet d’architecture. Projet qui demande d’être employée avec une conscience politi-
entendu non pas sous une forme étroite d’une construction que explicite, sinon elle n’a d’impact que sur le monde-mar-
prise dans le filet des normes imposées mais comme projet chandise et sa consommation touristique (une des premières
véritable, c’est-à-dire comme projet de société. Dans la boîte choses à pointer dans l’enseignement de l’architecture est
à outils de ce projet doivent se trouver des relais actifs entre la différence entre regard architectural et regard touristi-
les paroles instruites et les sensations. que). Dans cet article, « Le patrimoine et l’architecte » (n.4),
Relayer les modes de vie des différents milieux de la société je mettais en avant la proposition de William Morris pour
pour qu’il n’y ait pas de coupure ressentie et déclencheuse qui l’architecture doit s’appliquer à tout, sauf au désert : «
de violences comme aujourd’hui dans certains territoires L’architecture signifie la prise en considération de tout l’en-
français, est une nécessité première de l’architecture. Tou- vironnement physique qui entoure la vie humaine ; nous ne
jours se penser soi et les autres, prendre conscience du soi, pouvons pas nous y soustraire, tant que nous faisons partie
du corps, et des autres, des modes de vie autres, pour pou- de la civilisation, car l’architecture est l’ensemble des modi-
voir construire la vie ensemble. fications et des variations introduites sur la surface terrestre
pour répondre aux nécessités humaines, à la seule exception
Le développement durable doit nous y aider par son invita- du désert proprement dit ».
tion à penser le Grand territoire. La relation ville / montagne Et je dirais aujourd’hui sans exception, ni le désert ni la
constitutive de Grenoble nous y oblige, bel exemple de rela- montagne…
tion dialectique ville / territoire. Il est suffisant et nécessaire La question du durable nous met devant nos obligations
de regarder les montagnes pour savoir où nous sommes d’habitants de la Terre.
dans la ville et pour s’y diriger en piéton.
C’est à partir de ce potentiel naturel que nous devons tra-
vailler. Nous avons ici un Grand référent qui nous rappelle Post scriptum,
qu’en Architecture, ville et milieu naturel ne s’opposent pas : si l’on peut dire puisqu’il s’agit plutôt de l’écriture après la
c’est ce que nous apprend la tradition classique relayée par le parole.
De re aedificatoria d’Alberti et l’« aedificatio » de Vitruve.
La Ville est une culture comme la Nature. La ville et sa culture, J’avais prévu de rappeler la question Architecture-Géographie
qui comprend de fait de multiples cultures, mais le concept que Jacques Gubler avait traitée pour l’exposition E. Viollet-le-
au singulier fédère la pluralité des pratiques, sont nécessai- Duc et le Massif du Mont-Blanc. 1868-1879. « Architecture et
res pour vivre en société depuis des millénaires, depuis la Géographie. Excursions de lecture ainsi que deux manifestes
naissance de notre civilisation en Mésopotamie. de Viollet-le-Duc », publié dans la catalogue E. Viollet-le-Duc et
Nous devons, en tant qu’architectes, être attentifs à le Massif du Mont-Blanc, Payot, Lausanne, 1988. Les auteurs
ne pas véhiculer un imaginaire contraire à la vie en des deux manifestes sont Aldo Rossi pour son Architecture de
société. la ville et Vittorio Gregotti pour Le territoire de l’architecture,
livres publiés tous deux, il y a quarante ans, en 1966. On pour-
Ce qui nous oblige à un double mouvement. D’une part à rait encore insister sur le fait que ni l’aedificatio de Vitruve ni le
repenser les choses de l’intérieur, aussi bien de l’« intérieur De Re Aedificatoria d’Alberti n’oublient de prendre en consi-
de la discipline » (n.2) que de l’intérieur des demeures, et dération le territoire et ses conditions de nature. Il est vrai que
d’autre part à repenser le Grand territoire, à partir du vide la Nature sous la forme particulière du Mont-Blanc prend un
qualifié à une tout autre échelle et selon les différentes sens particulier pour Viollet-le-Duc, je me permets de renvoyer
échelles qui sont les lieux d’activité et de vie. dans le même catalogue à mon article A propos d’un dessin
L’architecture comme culture du regard devient ici stratégique. de Viollet-le-Duc.
Construire cette culture nécessite d’accepter de se décaler, à
« sortir de la spécificité de son savoir propre, pour revenir avec Je viens à l’instant d’ouvrir la revue « autrement » série
une optique modifiée » (n.3). Utiliser tous les outils pour cons- Mémoires, n°10, octobre 1991 : Berlin 1919-1933. Gigan-
truire cette culture du regard : crayon, maquette, vidéo… tisme, crise sociale et avant-garde : l’incarnation extrême de

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 33
,
DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

/////////////////////////////////////////////////////
la modernité, où l’on trouve page 21 dans le prologue du
numéro, une photo Combats de rue, mars 1919.
Le politique et le travail scientifique ne se disent pas avec les
mêmes mots, ne s’élaborent pas de la même manière, mais
l’un ne peut se penser sans l’autre.
L’intérêt du « durable » ou du « soutenable » c’est cela :
reconnaître ces deux niveaux, le politique et le scientifique,
et les rappeler l’un à l’autre.

Note 1
Pour écrire je dois toujours commencer par lire, même si comme ici il s’agit
par l’écrit de suivre le fil de ce que j’ai dit pour conclure la journée De
l’environnement au développement durable. Et j’ai lu Steen Eiler Rasmus-
sen, Découvrir l’architecture dans sa version française introduite par Guy
Desgrandchamps, édité par le linteau en 2002. S’y trouve un merveilleux
texte, « Entendre l’architecture », d’ailleurs cité par Kenneth Frampton dans
le colloque « tectonique » de l’Isle d’Abeau.
Note 2
Même si pour certains auteurs il n’y a pas d’ « autonomie de la discipline ».
D’un point de vue théorétique on peut toujours construire une autonomie
relative de la discipline.
Note 3
Je retraduis ici de l’italien une citation de Jean Starobinski, Le ragioni del
testo, Milano, Mandadori, p.21, que j’emprunte à l’introduction de Vilma
Fasoli pour le colloque qu’elle avait organisé les 11 et 12 avril 2002 à la
Faculté d’Architecture de l’Università degli studi di Trieste. Spazi, c’est-à-dire
Espaces (au pluriel) et la réflexion proposée à partir des interventions de
scientifiques venus d’horizons très différents : Nicola Bruno, professeur de
Psychologie des processus cognitifs, Emilio Zavattini, professeur de Physique
à l’Accademia dei Lincei, Vera Comoli, professeur d’Histoire de la ville et
du territoire, Giovanni Panjek, professeur d’Histoire économique, Roberto
Costa, professeur d’Architecture, Paola Di Biagi, professeur de Projet urbain,
Armelle Debru, professeur d’Histoire de la médecine, Serenella Nonnis Vigi-
lante, spécialiste de méthodologie de la recherche au Département Science
de l’éducation à la Sorbonne, Paris V, et Alena Kubova et moi-même du
laboratoire de recherche Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture.
Note 4
in Techniques et Architecture, juin-juillet 1980.

PAGE 34///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
,
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////DE L'ENVIRONNEMENT AU DEVELOPPEMENT DURABLE

LISTE DES PARTICIPANTS/////////////////////


25 personnes extérieures à l’école : Yves Belmont
(DRAC Rhône-Alpes) - François Boilot (ingénieur conseil
HQE) - Jacques Brener (comité consultatif de secteur) -
Rosanna Cannito Julie Gauthier, (service urbanisme Ville
de Grenoble) - Mélanie Gérardin (étudiante ENSA de
Nancy) - Serge Gros (directeur CAUE Isère) - Helene
Jean (architecte) - Florence Jousselin (Université Joseph
Fourier-IUT 1) - Pierre Kermen (adjoint à l’urbanisme et
environnement Ville de Grenoble) - Catherine Ladet (Bazar
urbain) - Valérie Lepoulard (futur maître d’ouvrage,
Isère) - Hervé Lequay, François Torrecilla (enseignants ENSA
de Lyon) - Annick Lombardet (atelier Cantercel) - Anne-
Marie Mokroni (architecte en suisse) - Yves Morin (architecte
conseil CAUE) - Delphine Negrier, Anne De Courseulles,
Sylvain Jeanneau, Florian Dupont (« Dévorateurs d’espace »,
revue urbaine, Paris) Daniel Quenard (CSTB) - Mireille Sicard
(directrice Maison de l’architecture) - Jean-Jacques Tournon
(Maison de l’écologie) - Jacky Roy (DDAF Isère) - Adeline
Vincent (Fédération BTP Isère)

23 Enseignants,chercheurs et administratifs de l’Ensag

80 Etudiants en 2e cycle des études d’architecture (4e et


5e années), diplômables, jeunes diplômés et associations
étudiantes de l’Ensag

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////PAGE 35
école nationale
supérieure
d’ architecture
de grenoble

6 0 , avenue de C onstant ine


BP 2636
F - 38036 Gr enobl e cedex 2
T. 33 (0)4 76 69 83 00
F. 33 (0)4 76 69 83 38
info@grenoble.archi.fr
www.grenoble.archi.fr